• École de Paris

    Circa 1910

    L'École de Paris fait référence à une communauté d’artistes français et étrangers qui travaillait à Paris au début du 20ème siècle. Il est nécessaire de souligner que ce mouvement ne désigne qu'une phase historique et en aucun cas une période ou un courant artistique.

     

    Lors de la premiere décennie du 20ème siècle, de nombreux peintres et sculpteurs ont immigré à Paris qui était devenu le centre international de l'art avant-gardiste. La ville lumière attirait des artistes cherchant à se libérer des contraintes qu'imposaient les carcans académiques ou provinciaux de leur pays d'origine. La stabilité sociale et économique ainsi que la présence de grands maitres (comme Foujita ou van Dogen) ont fait de Paris le centre du monde artistique et créatif. Le monde des arts s'en trouva fleurissant et de plus en plus prospère.

     

    Se trouvaient au sein de ce mouvement de grand maîtres comme Picasso, Chaïm, Soutine ainsi que de nombreux peintres figuratifs (y compris Edmond Heuzé). L'atelier d'Heuzé, situé à Montparnasse, était un lieux de rencontre et de créativité pour de nombreux peintres ; au cours de ses dernières années d'existence Heuzé fut enseignant à l'École des Beaux Arts.

     

    À cette époque là, les peintres fréquentaient les ateliers d'artistes (dont celui d'Heuzé), les académies libres de Montparnasse et de Vavin ainsi que les légendaires cafés comme le Dôme, la Rotonde ou encore le Select. Jusqu'à la première guerre mondiale ce groupe de peintres fut fortement influencé par de nombreux philosophes et écrivains avant-gardistes. Certains sont devenus célèbres, d'autres sont tombés dans l'oubli, beaucoup d'entre eux furent balayés par les atrocités de la guerre sans avoir jamais eu la moindre chance de connaitre la notoriété.

     

    Après la première guerre mondiale, des peintres surréalistes comme Max Ernst ont rejoint cette École. Les surréalistes ont apporté avec eux leurs diverses empreintes artistiques. Ces derniers confluèrent vers les quartiers de Montmartre et de Montparnasse pour s'imprégner des dernières evolutions artistiques et introduire leurs visions esthétiques novatrices. Il apparait clair que, compte tenu de leur diverses experiences et origines, ces peintres n'haderaient pas un style unique et emblématique d'un "mouvement" type, néanmoins il étaient tous unis dans leur opposition à l'académisme.

     

    En dépit de leurs differences stylistiques, la majeure partie de ces artistes peintres peignait des sujets inspirés par les formes humaines et les conditions sociales. Ils étaient fascinés par des sujets aussi variés que la pauvreté, la dépravation morale ou l'inaltérable et extraordinaire metamorphose des villes. La fin de la deuxième guerre mondiale entraina l'avénement de l'expresionsime abstrait et de l'École de New-York. Petit à petit le rôle des peintres figuratifs, avant-gardistes des premières heures, s'en trouva bien minoré.